freelance – Julia March

Julia March

Changements ?

J’ai deux articles pro en attente et l’éditrice ne me répond pas. J’ai vu sur Twitter que la responsable de comm de la boîte partait, car ça ne lui « convenait plus ».

J’ignore ce qu’il se trame chez Hashnode, puisque je n’y suis pas salariée. Je choisis des sujets ou en propose, les écris, je suis payée et basta. Par ailleurs, ils paient très bien, à tous les niveaux et Ale était même apparue sur un blog tech pour parler d’à quel point c’était un plaisir d’avoir décroché ce boulot.

L’un des avantages d’être auteur freelance, c’est que l’on a pas à subir les changements, restructurations et drames internes au sein d’une start-up. L’inconvénient est que l’on peut se retrouver du jour au lendemain face à une porte close, l’entreprise a disparu et les prestataires ne verront jamais la couleur de l’argent.

Heureusement, des articles tech sur le web3 ou la cybersécurité se recyclent facilement et pourront être proposés ailleurs, si cela venait à arriver. C’est aussi quand j’envisage cette éventualité que je m’aperçois du chemin parcouru, là où le fait qu’une boîte entière disparaisse complètement dans la nature ne me fait même pas hausser un sourcil.

La crypto n’y est pas pour rien : les années passant, j’ai vu d’innombrables DAO et projets tous plus fous que les autres prendre une ampleur gigantesque, pour finir par se casser la gueule et être aussitôt oubliés. C’est l’environnement le plus sauvage, le plus imprévisible et le plus chaotique qu’il m’a été donné à explorer. Bizarrement, c’est celui dans lequel l’autiste psychorigide que je suis a appris à s’épanouir face aux changements constants. Ce n’est pas de l’Agile, à ce stade, c’est un niveau supérieur de Bordel, de Panique et de Memes.

Ce sont aussi des occasions de tester la capacité de résilience d’un environnement, et je peux affirmer que la crypto a la résilience d’un cafard immune aux radiations.

Cela dit, j’aimerais bien savoir si mon éditrice est toujours en vie. Elle est sympa et drôle. Si elle part, je serai bien dégoûtée.