Julia March

Le mai de tous les dangers

J’ai encore changé le look de mon site. Il aura connu tellement de changements, au fil du temps, qu’il est méconnaissable.

Souvenirs, souvenirs

Mon premier site pro était celui de mon activité de pet sitter et était fait sur Wix (je crois), c’était une immondice que j’aimerais bien retrouver un jour, il est peut-être encore en ligne. Il était entièrement illustré par des animations pixelisées, dont une fleur qui se réveillait et qui vous disait de cliquer sur elle.

Le problème, c’est que je n’avais pas d’idées sur comment appeler ma nouvelle start up prometteuse, et j’ai dû l’appeler « Calinou.com » ou un truc hyper kitsch dans le genre, et que les gens qui croyaient débarquer sur un site de fesses ressortaient très vite déçus. Je tiens à leur présenter mes plus sincères excuses.

De l’eau a coulé sous les ponts et maintenant créer des sites responsive et mobile-friendly est devenu incontournable. Le bon plan, avec WordPress, c’est qu’il y a pléthores de thèmes qui font le travail à notre place dans ce sens.

Mais voilà, j’ai craqué pour celui-ci, le Simplenote de Carla Izumi, qui est complètement dépourvu de toute fonctionnalité en ce sens. J’ai ajouté (de façon chaotique) quelques lignes de CSS ici et là, en priant. Force est de dire que je ne suis pas une front-end développeuse chevronnée (c’est bien pour cela que j’utilise WordPress).

Lassée de WordPress

J’ai eu un moment de lassitude, avec ce CMS. J’ai crée une quantité inquiétante de sites pour une seule personne, et je le trouve lourd, lent. Je me suis dit que je me pencherais sur Hugo, si j’ai le temps.

En 2021, quand j’ai décidé de relooker ce site, je voulais lui donner un look un peu impressionnant, sombre, avec de grandes bannières, des photos léchées et une interface complètement responsive. Mais je me suis vite lassée. Le site était trop profond, je ne l’actualisais pas avec mes nouvelles créations ou publications parce que, justement, il fallait aller fouiller et retrouver la page en question, jongler entre les bannières et ne pas altérer le design dès que je modifiais un élément.

J’ai donc installé et un peu pimpé ce thème. J’avais envie de simplicité, d’aller droit au but, et tant pis pour l’interface mobile. Après tout, ce site a pour but de constituer un archive /cv un peu esthétique, il est donc un peu austère mais il est reposant.

De nouvelles publications à venir

Ce mois-ci, de nouveaux articles vont paraître sur Hashnode. Je trouve ça bien d’écrire professionnellement sur un sujet qui m’emballe. Pour mon dernier article, j’ai donné des conseils en matière de sécurité pour les gens qui utilisent la crypto sur le web3 (comme on l’appelle pompeusement).

Je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que c’était une liste interminable, composée d’actions complexes que peu d’utilisateurs lambda finiraient par maîtriser vraiment. C’est quand même du boulot, la sécurité informatique. D’un autre côté, je pense que plein d’internautes évoluent allègrement et avec insouciance sans se douter de :

  1. Les dangers auxquels ils s’exposent quotidiennement sur l’Internet de la surveillance généralisée
  2. Le fait qu’on finance, simplement de par notre activité en ligne, des grands groupes qui la monétisent.
Les haricots magiques

En parlant de monétisation : la croyance générale est que la crypto est morte après les frasques de Do Kwon. C’est assez marrant de voir les impressions générales venant de gens qui ne sont pas dans ces délires, tout en étant très active dans cet écosystème. Écoutez, la fin temporaire de la spéculation à la hausse est une bonne chose, cela laisse plus de temps pour construire et accumuler certaines denrées numériques.

Pour l’instant, je me contente de continuer d’apprendre et de créer au sein du DAO dans lequel je trempe. Il y a plusieurs projects et outils passionnants que j’ai l’intention d’utiliser et diffuser, si j’arrive à construire des textes intéligibles en français.